Swiss Film

Affiche_Horizontes

J’ai eu le plaisir de découvrir ce film à sa première genevoise il y a peu de temps, et je vous le recommande. Pourquoi ? Parce que même si on n’est pas passionné de danse classique, ce documentaire artistique est passionnant. Et que si vous l’êtes, cela vous ravira d’autant plus. Parce que la réalisatrice Eileen Hofer, en plus d’être adorable, est une autodidacte fantasque qui signe ici son deuxième film, en compétition dans de nombreux festivals face à des géants du cinéma (Mentions spéciale du Jury au festival Visions du Réel de Nyon et en compétition dans de nombreux autres jusqu’à la fin de l’année). Et parce que découvrir une histoire vraie dans une réalité historique filmée comme un rêve emprunt de propagande, un ballet mélancolique, c’est rare et ça n’a pas de prix. Pour vous Cuba, c’est quoi ? La Conga et la Salsa ? Les cigares et Fidel Castro ? On découvre ici que la danse classique est un art majeur de l’île, personnifié en la Prima Ballerina Assoluta aveugle Alicia Alonso, diva de 94 ans, adulée de tous et au service de son art comme de ce pays communiste. Cette cécité physique s’empare parfois même des spectateurs qui voient flou, un flou artistique voulu par la réalisatrice en écho à la Prima Ballerina qui avait l’habitude de danser sur scène en se repérant aux lumières et en comptant sur ses partenaires pour se trouver où elle pensait qu’ils devaient l’être. Horizons propose un portrait en triptyque. Le film part à la poursuite de fantômes et de mythes tout en suivant le parcours d’une jeune danseuse et d’une danseuse étoile qui poursuivent, elles, leur rêve de gloire. Elles qui répètent dans la chaleur étouffante des salles bondées et décaties de l’école de danse. Elles qui rêvent de scène, celle du Grand Théâtre de La Havane. Elles qui visent, dans la douleur de l’effort physique, cette inaccessible étoile chère à Jacques Brel, à jamais détenue par la Prima Ballerina Assoluta, Giselle des coeurs cubains, créatrice et directrice du très exigeant Ballet National de Cuba.

Chaussez vos pointes – ou vos baskets – et allez-y ! Encore ce soir et demain soir 20h50 pour aller découvrir ce film-documentaire au Cinéma Bio de Carouge, puis tous les week-ends du mois d’octobre à Lausanne avant sa sortie en Suisse Alémanique au printemps 2016. 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s